top of page
Résurgence de la Dube ou source de Cul Froid. Dehors.
Cul Froid. La vasque.
Cul Froid. Dedans.
Topographies
Résurgence de la Dube dite source de Cul Froid.

Situation : A partir de Mérigny, prendre la D 43 en direction de Fontgombault. Prendre la D 50 à gauche en direction de Fournioux/Lurais. A environ 380 mètres, après l'embranchement et après avoir longé l'Anglin, charmante petite rivière berrichonne, tourner à gauche sur le chemin qui descend vers l'eau. La résurgence se trouve en bas du sentier à environ 50 mètres La résurgence en contre bas de la route, s'ouvre aux pieds d'un talus rocheux et elle se déverse en cascades dans l'Anglin. La vasque, peu profonde (1.8 m), laisse échapper une eau claire et fraîche. Des écoulements mineurs se répartissent sur la droite de la vasque. Pour ceux qui préférant la pêche, l'Anglin regorge de sandres, de silures et de brochets. A chacun son plaisir. Historique : En 1967, Bertrand LEGER (et oui, encore lui !) plonge pour la première fois à Cul Froid. Il s'arrête à la seconde étroiture. En 1972, une coloration est effectuée dans la grotte de la Roche Noire où des pertes de l'Anglin forment une rivière souterraine. (C LORENZ et le Spéléo Club Chatelleraudais) Trente trois heures plus tard les eaux de Cul Froid se teintaient de vert. Ca communique ! En 1987, la vasque s'est rebouchée et la tentative d'y replonger échoue. (P JOLIVET, T DELAGE, T BOUE). Arrêtez de lancer des cailloux dans l'eau ! ! ! En 1989, nouvel essai, nouvel échec.( SC Chatelleraudais) Un déblayage à la pelle mécanique, pas moins, est entrepris et l'étroiture d'entrée est enfin libérée. Tu m'étonnes. ! ! ! ! A l'automne, soit 22 ans après LEGER, T DELAGE en bi 9 litres décapelés, parvient non sans mal au terminus. Une semaine plus tard, trois plongeurs reviennent à l'assaut des deux étroitures. JP PEDERGNANA et T BOUE passent la première. T BOUE déblaie la seconde, la franchie et s'arrête 2 mètres plus loin sur un important dépôt glaiseux, soit dans une touille monstrueuse. En décembre, JP PEDERGNANA et T BOUE s'en retournent dans les eaux glacées de l'Indre, à cette période. T BOUE franchit à nouveau la seconde étroiture, il avance de 10 mètres environ, fixe son fil tant bien que mal, aperçoit un croisement et s'en retourne dans la purée de poix. JP PEDERGNANA échoue sur l'étroiture. Neuf jours plus tard, T BOUE plonge seul et ajoute 10 mètres de plus à son précédent terminus. Longueur totale développée, environ 40 mètres. A partir de 1999, Pierre-eric Deseigne et les Bulles Maniacs poursuivent les explorations et lèvent une topographie de la cavité. Ils se sont arrêtés en 2006 à 580 mètres de l'entrée et à 72 mètres de profondeur devant une étroiture que pe deseigne n'a pas pu franchir... ! Description : Cette résurgence est une résurgence ingrate que l'on peut qualifier de difficile. L'alternance d'étroitures, parfois sévères, d'une visibilité qui devient nulle, de laa grande friabilité de la roche et de la profondeur rend les plongées assez compliquées. L'entrée dans la source commence par un premier rétrécissement assez sévère. On ressort dans un volume noyé un peu plus spacieux avec la présence de racines au plafond. Une seconde étroiture attend le plongeur 25 mètres plus loin, elle aussi assez sportives. Le plongeur descend ensuite dans un puits qui donne axé à une petite galerie où le courant est assez marqué. La galerie prend des proportions un peu plus généreuses dans la zone des 30 mètres, on atteint un premier point bas à -36 mètres. La galerie remonte dans une faille assez étroite pour conduire ensuite vers une galerie assez basse. Le passage d'une nouvelle étroiture dans un amas de blocs conduit à une autre salle et à une autre étroiture, un trou dans le plancher. A cet endroit, un autre passage sur la droite permet aussi de rejoindre la suite de la galerie. La profondeur moyenne est dans les 20 mètres. A 220 mètres environ, une nouvelle étroiture assez intime, dans la roche se présente.A 240 mètres, on atteint un point haut de -9 m. La progression continue ensuite sans encombre dans une galerie aux dimensions modestes. Après les 300 mètres, la galerie s'enfonce assez rapidement pour se prolonger sur une pente de sédiments. On atteint la profondeur de -59 m sous une voûte assez basse. Ensuite on remonte le long d'une pente d'argile spectaculaire dans une salle assez imposante qui remonte si ma mémoire est bonne jusqu'à -6 m. La profondeur moyenne est alors de -40 mètres. La progression se fait dans une alternance de salles noyées, au dessus de montagne d'argile. Dans la quatrième salle un passage assez étroit derrière une dune donne accès à la suite du réseau, une galerie assez intime s'ouvre après quelques mètres dans la salle terminale. La suite se situe à nouveau derrière une dune d'argile. La galerie continue mais dans des proportions impropre au passage d'un plongeur, à – 72 m et à 580 mètres de l'entrée. Une visite de la salle terminale serait utile afin de chercher un éventuel et hypothétique autre accès à la suite du réseau.. ! Le retour se fait en général dans une visibilité presque nulle, ralentissant notablement la progression. Cette progression est déjà très lente à l'aller, franchissement d'étroitures, courant assez violent, galeries étroites. Karstologie : La Fontaine de Cul Froid, aussi appelée résurgence de la DUBE, s'inscrit dans le réseau de la " Roche Noire " où l'Anglin perd une partie de ses eaux et forme une rivière souterraine qui se termine par un siphon. Le débit de la perte est inférieur à celui de la résurgence. Donc un autre (ou d'autres) apport alimente le flux. La roche est composée de calcaire à silex de l'Oxfordien moyen. Un système de failles axées Nord Sud se remarque au niveau des Rochers de la Dube. (constitués de calcaires récifaux de l'oxfordien supérieur). Une faille plus prononcée, sud-est nord-ouest, traverse le lit de la rivière à cent mètres en amont de la résurgence. Une fracturation semble se superposer au parcours éventuel des eaux. Bibliographie : La grotte de la Roche Noire. J et C Lorenz. 1984. L'association des amis de Mérigny. Plein Gaz. (Bulletin Périodique du CLAC). N°11 1989/190. Plein Gaz. (Bulletin Périodique du CLAC). N°09 1987. Plein Gaz. (Bulletin Périodique du CLAC). N°08 1986.

Les explorations.
Les explorations 1999.

Juillet : Dix ans plus tard, délaissant les festivités et les lampions, première plongée dans la vasque. De nombreux rochers, petits et très gros, encombrent le passage. Des dalles de ciment se mêlent à ce foutoir minéral. Un nettoyage commence avec un bi 12 litres sur le dos, pas très confortable ! Il est possible d’entrevoir la continuité mais une colonne et les nombreux cailloux interdisent l’accés au conduit. La galerie et de forts dépôts de vase et d’argile sont visibles. Un courant marqué pousse le plongeur vers la surface, pas assez pour le décourager. Petite désobstruction. Août : Temps pluvieux mais cœur heureux, nous revenons sur place. Deux plongées sont consacrées à désobstruer l’entrée, facilitées par l’utilisation d’un narguilé et d’un seau en métal. Ces quelques heures de travail ouvrent le passage. Sous une pluie battante, nous troquons la combinaison en néopréne contre une toîle, moins encombrante. Sanglage à l’anglaise, bi 7 litres en place, le plongeur accroche le fil et il se glisse dans l’étroiture, très étroite et très viscieuse. Ca racle de partout mais ça passe. A l’époque, nous ne connaissons pas l’historique de la cavité et nous osons croire dans un élan d’optimisme naïf à la virginité des lieux. La galerie se prolonge, pas de fil en place. De la première ! Whaouuu ! Quel pied ! Des tonnes d’argile dégringolent du plafond. Moins drôle ! La progression prudente dans cette conduite intime s’impose. La visibilité est bonne tant que l’on avance. Derriére, c’est le brouillard total, la soupe à la bouillasse. Le retour s’avére des plus folichon. Au bout de 10 mètres, on arrive dans une salle où une longue chevelure de fines racines se balance dans le courant. Du plus joli effet, elles ondulent langoureusement. Imaginez un retour sans visibilité, voir sans fil et la rencontre avec cet écheveau fillamenteux ! Deuxiéme surprise, un fil cassé et vieux, traîne au plafond. Plus de première. Mais le plaisir ne faiblit pas. La seconde étroiture se présente, toute aussi accueillante et chaleureuse. Encore là, des éboulis de blocs noirs encombrent l’accés. A priori pas franchissable. Sauf peut être pour un super cador, une grande pointure, un dieu de la plongée spéléo. Quoi pas pour nous ! La tête casquée s’enfonce le plus loin possible. Un fil bien tendu et tout aussi vieux s’en va et nargue le plongeur timide et prudent. Bravo pour le prédécesseur qui a pu se faufiller dans ce trou de souris. A oui, pour bien situer le contexte psychologique des plongeurs, chaque mouvement noie la galerie dans d’épais nuages de touille. Les manos sont à peine lisibles. Le reste du temps et les deux autres plongées seront consacrées à élargir une fois encore l’accés à la suite. Les retours comme prévu, s’effectuent au fil. Comme nous l’aimons, ce bon gros fil tendu, blanc et solide. Les sorties dans la pénombre totale (les lampes sont pourtant allumées) sont sportives. L’étroiture d’entrée (et de sortie) oblige le plongeur a se contorsionner en Z pour pouvoir enfin regagner la surface. Les bequets se jettent sur les tuyeaux et autres fils, un régal. Nous aurons même droit aux applaudissements chaleureu de randonneurs intrigués. Le rouge monte aux joues, heureusement dissimulées par la cagoule. Qui a dit que les spéléos étaient les travailleurs de l’ombre ? Septembre : Après avoir glanés des informations sur la résurgence, nous voila de retour. Bien décidé à aller voir de l’autre côté ce qui si passe. Deux objectifs sont fixés : le premier est d’aller le plus loin possible, tient c’est étonnant ! Le deuxième est de réduire, d’atomiser, d’éparpiller la première étroiture. Non mais ! Première plongée. C’est reparti, pieds en avant, cahin caha, ça passe. Le fil se déroule et nous suivons du coin de l’œil l’ancienne cordelette, teinté par le temps. Elle s’arrête en effet rapidement. Ca y est, à priori, on pointe. Dépucelage de première, il était temps. Le palpitant s’excite. La galerie s’élargie confortablement (4 x 1), les talus d’argile aussi. Dix mètres plus loin, le sol se dérobe et un beau puit de 5 par 3 mètres s’ouvre sous nos yeux incrédules. Chaque amarage souléve des volutes de poussiére. Descendre, encore et encore. Arrêt à - 17, sur autonomie. Déjà ! Nous appercevons la suite, plus bas. Retour dans la mouise, compléte. Instruments totalement illisibles. Amour démesuré pour le fil blanc. Nous déséquipons l’ancien fil, c’est plus prudent, vu le contexte. Entre temps, l’étroiture d’entrée se vide rapidement des monceaux de cailloux inutiles...Cela devient de plus en plus présentable. Seconde plongée du week end. Un fil mètré et étiqueté est mis en place, le précédent sera enlevé au retour. Tant pis pour la visi, nous fonçons plein pôt vesr le puits. Bille en tête, nous dégringolons vers le terminus de la veille. Dépassé, nous atteignons le bas du puit vers 21 m. Cul de sac ? Non, à gauche, plein ouest, une ouverture permet de continuer, toujours en pente, le plongeur se faufile à travers ce rétrécissement. Un virage à gauche, nous remet vers le sud, à nouveau. La galerie découpée de 2 x 3 m est constituée d'une jolie roche marron. Et toujours autant d'argile... A -25, la galerie débouche sur un deuxième puit. La pente s'enfonce, vision jusqu'à 32 métres environ. Ce sera pour une autre fois, hélas. Le temps du retour a sonné. Amarrage du fil, - 27, un dernier coup d'œil et demi tour. Retour dans la crasse absolue. Ca cogne souvent, merci le casque. La joie innonde l'esprit. Après cette course de 60 mètres, cette modeste première suffit à nous enchanter. Bien que jugée impénétrable et stressante, cette petite résurgence à l'aspect féerique mais peu prometteur semble pourtant vouloir offrir un potentiel sous estimé. Nous sommes parvenus à dégager l'entrée des blocs superflus, d'une pente instable, d'une arche de pierre fissurée et d'une colonne sans pieds pendu en son milieu. La feue première étroiture laissera dans les souvenirs de ceux qui l'ont connue, un souvenir inoubliable. Bilan très positif. Mais les traditionnelles questions sur la suite affluent! Le mélange profondeur croissante/ étroiture/manque de visibilité, permettra t il de progresser encore longtemps? Enfin les avis divergent sur ce trou, qualifié injustement par certain de pire trou de chiotte jamais vu dans toute vie de spéléo et de plein de charme par les autres. Pour conclure et sans vouloir jouer les gros bras, ce jolie petit trou de chiotte ne sera jamais une classique, jamais un siphon école, jamais un siphon à touristes, jamais une plongéee à prendre à la légére. Les plus alarmistes pourraient le qualifier de très dangereux, tout est relatif. Ou lui donner une notte de six sur une échelle de sept pour la qualité supérieure de sa touille. Ils n'auraient pas vraimnet tort. Comme le disent nos mamans et nos femmes avant chaque départ : "fait bien attention à toi, mon petit". Cela a le don de nous énerver et pourtant, elles ont raisons. Octobre : Avant dernier week end d’octobre, délaissant femme, enfants et copains je retourne une fois de plus dansl’Indre. Seul pour mener à bien la suite de l’étude sur le prolongement de cette cavité. Départ le samedi matin de bonheur, la voiture remplie par la quantité phénoménale de materiel. Vous connaissez ! Après un passage au marché local pour effectuer le plein de fromage de chévre, je rejoins la vasque sous une pluie battante. La France entière est submergée par la pluie, les siphons sont en crues un peu partout et je m’appréte à vivre une désillusion certaine. La Creuse et l’Anglin charient des flots marrons attestant des quantités d’eau importantes tombées ici depuis une semaine. Je range la voiture et descend le chemin, impatient de savoir! Tout va bien. Miracle ! Cul Froid ne bouge pas, débit régulier à peine plus prononcé qu’à l’habitude. Superbe. Je sorts le materiel et je m’équipe rapidement, entre deux averses. Je n’ai pas le temps de fermer ma combinaison et la pluie se remet à dégringoler. Que c’est chouette la plongée à l’automne. Je monte les détendeurs sur les 12 litres, sanglages à l’anglaise et mise à l’eau. Le fond de la vasque est recouvert d’une fine pellicule de vase, arrétée par un barrage construit par des inconnus avec une partie des blocs sortis de l’entrée. Des cailloux jettés par des promeneurs inconscients du travail epuisant, encombrent dèja l’accès à la galerie. Impatient d’en “découdre” avec Cul Froid, je purge le vêtement et je me faufile sous la voute rocheuse. Rien n’a changé, je retrouve la vase et cette fois ci une visibilité douteuse. Pourquoi ? Est ce liè aux averses ? Non, juste au dessus de l’étroiture, une équipe de petits poissons besogneux fouillent le substrat en quête de je ne sais quelle nourriture ? Les cochons, je n’ais pas besoin de cela. Pieds en avant, je me glisse laborieusement à travers le rétrecissement. C’est parti, je dégringole dans le puit et file rapidement au dernier terminus. J’en profite quand même pour effectuer des relevés topographiques. Je retrouve enfin mon fil à –26 mètres. Je le raccorde au dévidoir et je glisse au dessus du talus d’argile.. Je trouve facilement des amarages. Pas toujours d’une solidité exemplaire. Ils cédent parfois sous la première traction de l’élastique. Roche assez friable ! Pose du fil et topo, telles sont les deux mamelles du plongeur spéléo. La galerie s’enfonce réguliérement et conserve des dimensions relativement confortables pour l’instant. (2 m x 3 m environ). Je m’arrête sur autonomie à –36 mètres dans une sorte de salle assez large où la suite est clairement visible sur la gauche, plein Est. Le dévidoir planté dans la vase, je coupe le fil et je m’en retourne à mes fromages de chévres. Auparavent j’effectue des paliers dans l’étroiture, callé à 6 métres et ensuite à 3 mètres aux côtés des petits poissons currieux. Ils me tiennent compagnie et s’approchent de plus en plus. Bien évidemment le retour jusque là s’est effectué dans la touille totale. Instruments illisibles dans l’étroiture. Après une overdose de fromage et une bonne nuit réparatrice je remets ça le lendemain matin. Chacun son cérémonial dominical. Je parts avec mes deux douze litres, toujours montés en latéral, plus un relais 6 litres. Il m’accompagne jusqu’à –23 mètres ou je le dépose soigneusement (détendeur accroché et robinet fermé), mousquetonné au fil. Je continue la topo et retrouve mon dévidoir là ou je l’avais oublié la veille. Je raboute le fils et continue mon avancé, je me trouve à 100 mètres de l’entrée. Au bout de 10 mètres environ, j’arrive aux pieds d’une pente d’argile.Elle se dresse rectiligne et m’invite à la survoler et non à la labourer. Ca remonte sec.! La faille se rétrécie et semble finir en cul de sac (à merde de vase!). Je reviens sur mes palmes tout en continuant la remontée. Un nuage d’argile me dégringole dessus, décroché du plafond par les bulles. Cela confirme l’abscence de suite active de ce côté là. A 26 mètres une galerie part perpendiculairement vers le sud. Je m’y engouffre, direction le Sud. La promenade se termine, j’arrive sur mes limites d’air et à la fin du fil. Le dévidoir est vide. Je me trouve dans une salle assez vaste pour cette résurgence. Une galerie au diamétre nettement plus intime part sur la gauche, plein Est. Un superbe monticule d’argile occupe une bonne partie de l’entrée. Le courant est assez faible, il devrait peut être y avoir un autre conduit ????? Suite au prochain épisode. Quelle série trépidante! Comme toujours, retour dans la touille magistrale. La plongée de l’après midi sera consacrée à la prospection plus appronfondie dans la premiére partie de la galerie, jusqu’au bas du puits. Pas de surprise (pas de départ!) J’en profite pour nettoyer l’étroiture des blocs inutiles et génant pour le passage. Bilan de cette exploration : 130 mètres de développement, point bas à 36 mètres et peut être une suite qui se présente soit par une galerie très intime ou par un autre départ manqué ? Nous reviendrons! Décembre : Comme d’habitude, le samedi à la premiére heure, courses au marché du Blanc pour effectuer le plein en fromage de chévre. Nous arrivons à la source en milieu de matinée pour constater que l’Anglin est en crue. Le niveau de l’eau est carrément monté de 2 ou 3 mètres et les eaux de la source se mélange à celle de la riviére. La différence de colloration entre les deux eaux est très nette. Le débit de la source retse constant sans différence marquée par rapport aux précédentes visites. Samedi matin. Première plongée, en bi 12 et relais 7 litres. Le passage de l’étroiture avec tout ce materiel est toujours aussi pénible, longue et fastidieuse. Le terminus est ateint rapidement. Je fixe le fil est me glisse sur le talus d’argile qui obstrue en grand epartie la galerie de gauche. Je me glisse dans ce conduit comme un supositoire là ou vous savez. Je parviens à passer au trois quart de l’autre côté pour constater que la galerie est courte et rapidement colmaté par un éboulis. Je m’extirpe laborieusement de cette tombe, dans une visibilité nulle. Je me retrouve dans la salle et dépité de ne pas avoir trouvé la suite de ce côté ci, je m’avance vers le fond de la salle pour m’assurer de ne pas passer à côté de quelque chose…Bien m’en a pris car la suite se trouve ici. Un ouverture encombrée de blocs se présente dans le plafond et le sol remonte d’une manière asez marquée. Il va falloir deblayer un bon coup pour passer. Pas de probléme pour pousser las cailloux, entre Font Vive et Cul Froid, nous commençons par avoir de l’entrainement. Je deblaye autant que je le peux. Le passage se dégage rapidement, mais l’alarme symptomatique cérébrale des tiers vient de retentir. Ou lalala, il est grand temps de rentrer. Je fixe le dévidoir en urgence et m’en retourne en trombe vers la sortie. Je ne vous parle plus de la visibilité comme d’habitude toujours d’aussi mauvaise qualité. Si le débit ne change pas, les conditions de vison au retour non plus. Deuxième plongée, en bi 10 et relais 7 litres. Arrivée au terminus les doigts dans le nez. Le passage partiellement dégagé est ouvert. La suite se trouve là. Une montée prononcée nous emménera plus loin, demain car le temps du retour est arrivé. Paliers à l’oxy et sortie entousiathe de cette petite progression. Nous chercherons demain la suite. Samedi après midi. Visite à la grotte de la Roche Noire. Nous fixons une echelle et une corde pour descendre dans la faille. L’eau dans le réseau est de la même couleur que l’Anglin en plus croupie, du plus pur style eau de chiotte mélangée à l’eau de lessive. Le réseau est très boueux, nous parcourons la première partie. Un sifon limpide mais avec une couche d'argile épaisse au sol est assez accueillant. Nous remontons après cette visite de reconnaissance. Le sifon terminal sera visité la prochaine fois avec peut être une plongée selon les débits… Dimanche matin. Première plongée. Retour au passage fraîchement ouvert. La montée marquée conduit en haut d’un bon gros talus d’argile, un de plus. Il se situe dans une sorte de grande salle ou là encore pas de suite évidente se présente. Des ébauches de galeries se discernent par ci par là, mais sans rien de concluant. Après avoir effectuer un tour du propiétaire, le temps du retour a sonné, encore une fois. Le fil est attaché, le dévidoir est enfoncé dans la vase, bien comme il faut… Ca ressemble un petit peu au fil à découper le beurre cette histoire. Classique retour au touché dans la Touille. Deuxième plongée. Récupération du dévidoir, après avoir arraché le fil à la motte de vase, il ne semble pas en effet y avoir de suite dans la zone du sommet de la motte. Dégringolade au pieds du monticule. Là une sorte de passage en forme de bouche entrouverte ou de fente de tirelire se présente dans le sol. Pas de quoi rigoler, un enfant avec un biberon aurait du mal à s’y glisser. Heureusement la roche est friable et elle se casse facilement. Mais les précieuses minutes défilent encore une fois dans ce travail de désobstruction et la progression s’en trouve encore ralentie. Le passage à travers le plancher est possible. On tombe dans une vaste galerie de 3 x 5 environ. L’eau est laiteuse mais la visibilité reste bonne et le courant est marqué. La bonne route…! Arrét sur autonomie à environ 250 mètres de l’entrée, la galerie remonte légérement. Retour rapide, récupération du relais 7 litres. Déco à l’oxy dans l’étroiture. Pour éviter une autre plongée, je resors avec les 2 douze litres, le 7 litres et la bouteille d’oxy. Un peu chargé mais ça va le faire….Au moins j’ai du gaz de réseve. J’arrive au passage pour sortir de ce fichu trou de sourie. Je tente plusieurs fois de m’extrère de ce merdier, mais en vain. Je pose les blocs, les pousse un peu. Je me dis que je suis réelement qu’une grosse merde de parisien incapable de gérer ce genre d’étroiture. Non là y a pas de doute ça ne passe pas. Rien à faire, le passage est là, étroit, tellemnet que même une super ponture n’y arrivearit pas….Je ne vois qu’une chose, le plafond c’est effondré, obstruant partiellemnt le passage. Alors à ce moment là, tout s’accélére dans la caboche. L’éclair effroyable de se sentir coincé si prés de la sortie illumine mon cerveau. Cette fois ça y est, j’y suis dans la merde. Je ne comprends pas ce qu’il se passe. Je pense à ma femme et à mes mômes. Et j’ai pas envie de rester là. Tout ça en quelques centièmes de secondes. Bon ça va je suis juste à 4 mètres de profondeur, j’ai 2 douze litres à 120 bars, et deux 7 litres, un 50 barset l’autre à 70. Je peux tenir un siège. Je glisse sur la droite et enfin trouve le passage. Quel con! Le plafond n’a pas bougé. C’est le fil qui s’est déplacé. En voulant assurer un meilleur amarrage je l’ai poussé sur la gauche sans me douter que j’allais le positionner dans la partie étroite du passage. Enfin, j’expulse les deux blocs et je m’arrache de là. Belle peure mais aussi c’est là que l’on se rend compte de l’importance vitale du sang froid. Conclusion de ce mini camps, encore du fil e tiré, encore du développement possible. La spéléo plongée semble encore avoir de l’avenir à Cul Froid et c’est tant mieux. La prochaine visite sera consacrée en priorité à élargir l’entrée et surtout l’étroiture. D’une part on ne va pas se laisser emmmerder longtemps et ensuite cela semble indispensable pour l’ avenir de l’exploration du réseau. Les besoins en gaz augmentent pour l’exploration et pour la déco. Enfin pour sécuriser un peu plus l’ensemble, il sera plus confortable de passer à l’aise dans cet endroit, aussi bien pour le corps que pour l’esprit. Donc marteau et burin pour la prochaine fois. Ensuite et en paralléle, la topo compléte du réseau sera effectué afin de mieux connaître l’ensemble de la cavité et de pouvoir mieux se situer à chaque endroit de la progression. Surtout pour le retour aux instruments.

Les explorations 2000.

Janvier : Première plongée de l’année dans la source. Le niveau de l’Anglin est haut mais sans recouvrir l’émergence. Le samedi matin nous nous répartissons les tâches. Equipe n°1 au gonflage, équipe n° 2 à la quête des fameux et mythiques fromages de chèvre…. ! Chacun son Graal. Enfin après les traditionnels et rituels préparatifs, nous effectuons une première plongée. Un bloc d’oxy est déposé pour les paliers. Un autre plongeur, valeureux topographe est parti relever les mensurations, parfois généreuses de la galerie. Un autre besogneux, armé d’un marteau et d’un burin (chacun ses symboles) entreprend l’élargissement et le «nettoyage » de l’étroiture. Ceci ne va pas améliorer la visibilité, momentanément. Pour le passage, en revanche ça s’améliore… Comme quoi il ne faut pas désespérer...! Une inspection plus approfondie de l’étroiture dans sa partie gauche est effectuée. En effet c’est étroit et boueux… Et nous confirmons, rien à signaler par-là bas. Tant mieux. Je vous passe le menu du midi et les non moins traditionnelles agapes paillardes et avinées. L’après midi, réconfortés par les trésors culinaires franchouillards, nous revêtons nos plus beaux habits spéléo et tels les quatre fantastiques, nous descendons dans la Grotte de la Roche Noire. (PS : pour ceux qui n’auraient pas suivi les précédents épisodes, la Roche noire ou La Poirelle est une perte de l’Anglin qui alimente modestement Cul Froid). Guidé par un spéléo accompli, nous fourbissons nos premières armes sous terre. La mutation continue. Du scubaba nous sommes devenus spéléoplongeurs (bien que certains doutent encore de nos capacités et de notre engagement moral réel à la Sainte et Noble Cause…). Et de spéléoplongeurs, nous allons peut être enfin finir en spéléo tout court (il y a encore un peu de boulot…) Qui après cela peut encore émettre le moindre doute sur l’évolution des espèces… ? Bon, après le franchissement laborieux du fameux et célébrissime « Boyau Merdeux » (étroit, glaiseux, gluant, collant, superbe quoi..), Nous parvenons enfin au siphon terminal. Merci au séléo du coin pour avoir désobstrué ce sphincter délirant. La perte de l’Anglin se traduit par un filet d’eau mince et chétif. Quant à l’eau, elle ressemble exactement au liquide des stations d’épuration…C’est cool la plongée…Ici au moins nous sommes tranquilles, aucun risque de voir débouler un charter de plongeurs en goguette. La prochaine fois, nous viendrons avec un équipement de plongée et tenterons de violer pour la première fois ce verrou liquide (comme on dit dans le milieu….) Le dimanche matin, après la fameuse et toute aussi célèbre bonne nuit réparatrice, une petite démangeaison titille certain. Le syndrome chronique du tirage de fil. Ne pouvant résister, poussé par la curiosité et par le désir impérieux d’aller plus loin, on va tirer un bout…C’est reparti, bi 18, relais 7 litres, ça avance. Dépassement du dernier terminus à 150 mètres. La galerie s’élargit et remonte lentement. Arrêt à 220 mètres sur une pente ascendante, profondeur – 26 m. Comme toujours et sans surprise, demi-tour dans la touille, retour à fond les ballons pour limiter au maxi les temps de paliers, et pour ne pas traîner dans ces endroits si peu fréquentables…La zone d’évolution est comprise entre 36 et 26 mètres. Pas de quoi fouetter un plongeur mais suffisamment pour rester une bonne demi-heure à somnoler sous la roche. Comme d’habitude, notre barbu topographe a continué sa noble tâche. L’explo avance lentement mais comme on dit de l’autre côté des Alpes, qui va lentement, va sûrement. Avril : Cul Froid me revoilà ! Seul. (En milieu de semaine, les candidats à la touille sont rares.) Programme : deux plongées, une par jour. Quel programme ! La première sera consacrée à vérifier le fil et à l’assurer jusqu’au terminus. La seconde sera pour la topographie. Je pars avec deux 18 litres et un 12 litres en relais, le tout gonflé à 230 bars avec un nitrox 30%. On va limiter la casse pour les paliers. Au passage, je dépose un 12 litres d’oxy. La visibilité est excellente, 10 mètres environ, du jamais vu…Le fil n’a pas bougé, les amarrages sont doublés, traductions dans les deux sens, ça semble tenir. La roche reste toujours aussi friable, des blocs de 70 cm x 80 cm environ se décrochent sans prévenir. Une petite traction de fil par exemple ou une main qui se pose. …. Je tends le fil jusqu’au bout et observe quelque temps la salle du terminus actuel. Une butte d’argile ouvre sur le noir et la roche au-dessus de ma tête remonte à la verticale et se perd dans la nuit. Je reste perplexe devant la taille de cette salle. Il va falloir trouver la suite dans ce bazar. Voilà que maintenant Cul Froid ressemble à une cathédrale, on aura tout vu… Je reste aussi perplexe face à l’étroiture à 132 mètres de l’entrée. Celle ci est jonchée et à demi fermée par des éboulis et un tas de gros blocs en équilibre. Il va falloir faire le ménage te sécuriser tout ça. J’ai pas envie que l’on finisse emmuré… A part ça tout va très bien. J’ai passé la moitié de la plongée à me demander ce que je foutais là, à me demander si je n’allais pas tout laissé tomber. Si avec deux mômes, ce n’était pas sérieux de venir risquer sa peau dans des coins aussi pourri que celui là. Et puis après un arrêt méditatif de quelques instants, l’orage est passé. Pour la plongée, j’avais prévu large. 50’ allée, 50’ retour. 40’ de déco. Qui peut le plus, peut le moins, comme on dit. Temps de plongée 45’, à une profondeur moyenne de 26 mètres. 10 minutes de palier à l’oxy et 8’ d’oxy aussi pour rejoindre la surface. Je suis ressorti avec 130 bars dans chaque bloc. Certains pourraient dire, tout ça pour ça. Ouhai ! Ouhai ! Le jour (si jour il y a) ou j’aurais à chercher le fil (peut être sans lumière qui sait…) dans ce merdier, j’aimerais avoir assez d’air pour non seulement le retrouver mais en plus pouvoir sortir…. Car autant certains endroits sont étroits, autant d’autres sont très vastes et compliqués. Alors peu importe… Le lendemain, comme prévu, je topographie 40 mètres de galerie. Je pars avec deux 18 litres et 2 relais 7 litres, toujours au Nitrox. Il pleut toujours des cailloux. Croyez-moi, l’Indre n’est pas une région tout à fait comme les autres Donc topo. C’est super la topo. Quel pieds. Nous sommes passés des dizaines de fois comme des bourins à un endroit sans réellement nous demander à quoi il ressemblait. Il s’agit juste d’une salle de 10 mètres de long par 9 de hauts et de 2 mètres de large. Pas mal pour un trou de chiotte ou l’on plonge à l’Anglaise. Ben tient, bien obligé avec cette saloperie d’étroiture…. Ah oui, c’est vrai ! Autre surprise, je surprends une écrevisse de belle taille en goguette, à plus de 100 mètres de l’entrée. Je vous assure c’est sympa. Bon je vous jure, il n’y en avait qu’une. Alors je l’ai laissée là. Pas assez pour se faire un festin. Enfin au petit jeu du double décamètre, vous avez gagné une seconde salle grande et généreuse. Confirmation de la bien nommée salle du toboggan. Plus de 14 mètres de long, de – 35 mètres à – 26 mètres. Une superbe faille sans issue. Ce qui est bien dans ce genre d’endroit, c’est qu’avant même de toucher le plafond, vous savez que vous y êtes car vous ne voyez plus rien. Ah oui, il pleut de l’argile aussi dans l’Indre. Bon voilà comme d’habitude (comme c’est bon les habitudes pantouflardes, les mécanismes bien réglés…) Retour plein pot. Coups de boule dans les cailloux. Merci le casque. Temps de plongée 45’, déco au surox, 3’ à 6 mètres et 15’ à 3 mètres. Je ressors avec 140 bars dans les 18 litres et les deux 7 litres sont à 30 bars. Tout ça ! et wouiiiiiiii. De toute façon, j’avais pas envie de moisir trois plombes aux paliers. Bilan : un fil tendu, c’est chouette, la topo c’est super, car après on fait de joli dessins. Et surtout, on connaît un peu mieux son joli petit trou trou. Petite introspection nombrilisme… ! Et en cas de perte de fil, trouillomètre à zéro, palpitant aux taquets, je pense que cela peut aider un shouilla. Enfin, la prochaine fois, on boucle la topo et on tire un max…… J’ai le dévidoir qui frétille, le kavatch qui se dilate. Et j’oubliais tout de même le plus important. Je suis allé au marché, chercher ma dose de fromage de chèvre… Avril (Pâques) : Le plongeur et le plongeur spéléo en particulier vit une histoire intime avec l’eau. Il la chérit plus que tout, elle est sa meilleure amie, pour elle, que ne ferait-il pas ? Des centaines, voir des milliers de kilomètres, abandonner le foyer familial, dépenser des fortunes, risquer sa vie même….Mais comme l’eau est très capricieuse, elle lui rend parfois bien mal cet amour. Cul Froid se laisse désirer et l’Anglin, la rivière qu’elle surplombe de quelques centimètres, s’allie à elle pour entraver nos efforts. Ce week-end s’annonce prometteur. La première journée se passe bien, dépose d’un relais au terminus, découverte d’une salle imposante qui remonte jusqu’à –7 mètres, soit 19 mètres de haut, de mieux en mieux. Le bloc d’oxy est déposé. Je pars effectuer une bonne petite séance de topo, mais mon phare me lâche, demi-tour après avoir laissé mon relais 7 litres pour la prochaine fois…. Le lendemain, en pleine forme et prêt à tous les exploits, nous découvrons avec stupéfaction que l’Anglin, est monté de plus de 2.5 mètres dans la nuit. Il recouvre la source, une crue balaise. Le chemin pour descendre à la résurgence est inondé à moitié…. Et pourtant, Cul Froid ne semble pas touchée par la brusque monté des eaux. La résurgence dort, la surface est lisse et plate comme une toile cirée à cet endroit…. Un plongeur s’équipe et se met à l’eau pour voir si malgré tout, c’est plongeable… ? L’eau ou plus exactement le liquide maronnasse, infâme et innommable….Le plongeur glisse jusqu’à l’étroiture. Aucune amélioration ! Zéro visibilité, impossible de lire les instruments. Pour le courant, rien. Encore moins que d’habitude… L’Anglin semble plutôt se déverser dans la cavité, contrarier son flux et « polluer » ses eaux (si limpides en temps normal…) Donc dans ce contexte si enchanteur, demi-tour. Pointe, topo et toutiquanti annulés…. Le cœur brisé, nous partons prospecter d’autres objectifs pour des jours meilleurs…. Le lendemain, nous partons à l’aube pour constater que l’amplification de la crue. Le niveau de la rivière a encore monté. Il atteint maintenant 3.10 mètres au-dessus du niveau normal Nous décidons d’abandonner tout le matériel dans la galerie et de rentrer chez nous. Pas la peine de risquer un carton pour quelques blocs…. Pour info, lors de la tempête du 26/12/1999, la rivière est montée de 4.6 mètres…. ! Donc nous reviendrons et ce n’est pas ces quelques contre temps météorologiques qui auront raison de notre motivation…. Bien que je me pose la question : Cul Froid ne serait-elle pas protégée par un esprit capricieux ? N’habite t il pas la source et ne la protège t il pas des trop impétueux envahisseurs ? Moi je vous le dis, il y a de la sorcellerie dans tout ça…. ! Episode 8 bis…. Nous revenons à deux, deux jours plus tard pour sortir tous les blocs. La crue s’est arrêtée aussi vite qu’elle est apparue. La visibilité est assez moyenne, le débit plutôt soutenu. Nous récupérons les blocs laissés cinq jours plus tôt. Ils sont fortement couverts de vase mais après un bon nettoyage, ils retrouverons leur première jeunesse. Je démonterais tous les deuxièmes étages de détendeurs car ils étaient remplis de boue….Tien s’est bizarre à Cul Froid… Juillet : 17 juillet 2000, 9h30 du matin, un parigo à la noix s’équipe au bord de la mondialement connu vasque de Cul Froid... Jour pour jour, heure pour heure, voici un an déjà que notre équipe de branquignoles spéléo tortille du Cul…afin d’explorer cette mythique exurgence… Cette plongée anniversaire, solitaire, (les potes bronzent recto verso leurs chairs blanches sur les plages..) aura tout de même permis de ramener 30 mètres de topo : quelle performance…. ! « Y a pas à dire, les jeunes, c’est plus ce que c’était… » Néanmoins et nous nous contentons de peu, c’est toujours ça de pris et qui ne sera plus à faire…. Pour justifier, excuser, notre piètre performance, nous avançons ceci : La visibilité plus que médiocre (des tonnes d’argile au retour), à tel point que par moment, on ne peut même plus voir le bout de notre crayon, la morphologie compliquée du réseau, les étroitures, les problèmes d’oreille….. Ou plus objectivement peut être, notre nullité et inefficacité tout aussi légendaire… C’est pas demain que les pigeons viendront chier sur les statues dressées à notre gloire….et c’est tant mieux car j’aime pas les pigeons… Si non, ou c’est y qu’on en est dans ce trou de chiotte universel… ? 308 mètres ! Quoi ! Seulement 308 mètres en un an ! Pfffff, quelle misère ! Ca, c’est ce que je me dis les matins gris tout va mal, ciel plombé, froid, pluie, les gosses qui pleurent, le chien qui bave sur le falsard tout propre, le bol de thé qui tombe par terre, le gamin qui rempli sa couche juste avant le départ, les portes du train qui se ferment sous ton nez….. Mais en réfléchissant un shouilla, on peut voir les choses autrement (les matins ou tu échappes à la couche pleine de crotte…) : 308 mètres, c’est pas si mal..(autosatisfaction avancée…) On s’est mis sérieusement à la topo (il était temps..) Le fil est pas trop mal posé (j’espère…) On s’est mis au Nitrox (not certified…) L’équipe s’élargit, chacun avance à son rythme, enrichit ses techniques (surtout de piqué de tête dans la vase..) On se marre bien, à chaque fois, ils reviennent (en plus ils sont maso…) On commence même à sortir des images ( 10 secondes pour 3 heures de tournage…) Enfin si on mange tout d’un coup, qu’ est ce que l’on va faire après ? On va s’emmerder pour un retrouver un aussi chouette…. De toute façon, on n’est pas payé au mètre,même pas payés du tout… Que dire d’autre ? Observation du milieu, faune, hydrologie et patati et patata.. Approfondissement des connaissances en chévrologie… Etude comparative, selon les différentes origines… Et puis la fameuse plongée épique dans la non moins célèbre grotte de la Poirelle… Les photos le prouvent ! Nous ne sommes plus que les pauvres petits plongeurs de plages, scubabas en mal d’aventures… Quoique, peut on à jamais se défaire de ses origines douteuses ? Résultat de cette descente boueuse : 20 centimètres de première…. ! ! ! ! ! !De mieux en mieux.. Mais nous allons y retourner ! Pour deux raisons : Refaire des images (en plus ils se filment….) Doubler le terminus et le pousser à 40 cm, au moins. ! L’avantage de ce genre de plongée, c’est que l’on peut y aller sans loupiotes. Visibilité nulle. Boue liquide. Essayez de plonger dans un bol de chocolat…. En tous les cas, nous on s’en fiche des kilomètres de première, en bikini avec 3 biberons de 0.6 litres. On se marre à se faire péter les zygomatiques, le reste après tout….. Pour nos évolutions gastérodiennes, nous perdons beaucoup de temps car nous ne parvenons pas encore à tirer du fil, amarrer, observer et topoter en même temps….(« je ne suis pas un héros… ») Et au retour, c’est pas qu’on veut pas, mais va topoter dans du chocolat liquide…. Alors pour une plongée dite de pointe, il en faut 3 ou 4 pour ressortir la distance en topo…Ca permet de s’acclimater à la galerie… Pour la description de la galerie, ça monte, ça descend, ça se rétrécie, ça s’élargie et ça tournicote pas mal…Voir la topo… C’est toujours aussi crade au retour, le juste quotidien de Cul Froid… En un an, le matos a vieilli de dix (pas les plongeurs, à première vue…) Voilà, Cul Froid ça continue et c’est tant mieux…. Et puis quand ça s’arrêtera, nous avons déjà repéré d’autres tas de boue dans l’Indre…. Vive les sytcom sur la vie des bêtes.

Les explorations 2001.

Janvier : La plongée de janvier nous a emmenés vers un nouveau point bas à –49 mètres. Une descente quasi verticale à partir de 320 mètres de l’entrée emmène à un passage étroit (encore un !). La descente continue sur une belle pente d’argile. Et là, la tête un peu dans les étoiles, grisé par l’azote et par la fièvre de cette découverte, après 350 m de ballade, nous accrochons le fil. La galerie pas très haute ressemble à une conduite forcée, à cet endroit. Conduite dont plus de la moitié du volume est rempli par de l’argile, bien évidemment. Dans un sens c’est assez moelleux et confortable pour se poser…. Enfin, quelle surprise à la sortie d’une faille très étroite, 80 centimètres de se retrouver dans un volume vertical si important et de dégringoler à cette profondeur déraisonnable. Comme d’habitude, demi-tour sur autonomie et dans la touille totale (à –49 m, c’est coton…) Donc Cul Froid s’enrichit d’un nouveau trait de caractère, après les : touilleux, merdique, étroit, sinueux, vallonné, chiatique, la voilà profonde… ! Et ben, mon gars, va falloir faire avec ! Fevrier : Nous avons installé une corde dans le puits d’entrée. A nous les bonnes décompressions confortables. Si ça continue, nous allons poser la télé câblée et une cloche de déco, avec chauffage ! Y a pas de raison que nous aussi nous n’ayons pas notre petit confort. Et puis impatient et curieux, nous y sommes retournés. Toujours le fameux syndrome du kavatck qui se dilate et du fille qui frétille ! La glissade recommence, à nouveau le point bas, toujours aussi bas, nous n’avions pas rêvé. Et encore des surprises. Au lieu de continuer comme ça à la même profondeur ou de descendre encore, la galerie remonte à nouveau. Nous avons tiré modestement 30 mètres de nylon et nous nous sommes arrêtés à –40 m sur une montagne d’argile, genre dune du Pila…La dessus pas de surprise, c’est une constante. Et non contente de nous agacer avec ses variations altimètriques, Cul Froid nous réserve à ce point une salle avec de belles proportions. Car à part la dune et le bout de caillou où nous avons accroché le fil, rien n’est visible. La roche semble avoir disparue. Nous apercevons le sommet de la colline, la suite doit se trouver derrière, plus bas certainement. De toute façon maintenant nous nous attendons à tout ! Mars : Nous avons sagement topographié cent mètres de galerie. Quelle conscience…. ! Le profil se précise et pour compliquer les choses, (et peut être les rendre encore plus excitante… ?) au retour de cette zone profonde, nous devons remonter et passer par un point haut à –9 m. Ce qui risque de nous contraindre d’ici peu à effectuer la déco loin de l’entrée (à 280 m) avant de s’enquiller le reste du siphon. A moins de traverser les montagnes d’argile. Au passage, nous en avons profiter pour élargir deux étroitures, un bon moyen pour se réchauffer et pour gagner des secondes ou des minutes précieuses. La complexité (toute relative, on va pas sur la Lune…tout de même.) s’accroît de plongée en plongée. Mais loin de nous décourager, elle attise au contraire notre intérêt et notre envie de déflorer un peu plus cette résurgence atypique. Pour info, la France entière pataugeait dans l’eau et toutes les sources vomissaient des torrents de liquide boueux. Cul Froid, calme et paisible nous accueillait sa